dieuxJ'ai bien aimé "L'homme qui voulait être heureux" de Laurent Gounelle. C'est un livre qui m'a apporté quelque chose. Il était donc normal que j'attende la sortie en poche de "Les dieux voyagent toujours incognito" afin de me replonger dans les réflexions de l'auteur.

Plus qu'un roman, ces livres incitent à la réflexion et veulent donner des leçons de vie, des manières d'agir pour être plus heureux ou apprendre à communiquer.

Dans ce roman, je trouve que l'histoire importe peu bien que Laurent Gounelle ait trouvé une intrigue bien ficelée.

Alan grimpe en haut de la tour Eiffel dans le but de se jeter dans le vide. Là-haut, un homme l'attend et lui parle. Il lui sauve la vie mais en échange il devra faire tout ce qu'il décide pour lui. Alan accepte ce contrat un peu fou.

Dès lors, il devra se faire violence pour obéir à son "sauveur" et faire des choses qui n'entrent pas du tout dans ses projets, bien éloignées de lui et de sa façon de vivre ou de penser.

Un exemple?

Alan habite dans un appartement. Il ne peut y faire le moindre bruit sinon la propriétaire vient frapper à sa porte et, de manière très désagréable, le prie d'être plus discret ce qui ennuie Alan au plus haut point. Son sauveur, Dubreuil, qui s'avère être un ex-psychiatre ayant eu quelques ennuis avec la justice, le somme d'ouvrir à sa propriétaire complètement nu et de la prier d'entrer. Le jeune homme, qui a juré d'obéir dans toutes les occasions, après maintes réticences, finit par accéder à la requête de Dubreuil. Horrifiée, l'acariâtre propriétaire prend ses jambes à son cou et laisse son locataire en paix.

Alan devra aller loin dans le dépassement de soi mais n'en obtiendra que des bénéfices.

J'ai relevé beaucoup de phrases intéressantes, des réflexions à poursuivre, des clés pour vivre mieux une relation ou entamer une discussion avec des gens "obtus". Par exemple, les soumettre à la question c-à-d leur poser des questions sur le but qu'ils poursuivent ou leur ressenti plutôt que de les mettre en accusation.

Si vous voulez lire quelques extraits de ce livre, je vous invite à vous rendre sur mon blog photos en cliquant ici.

Qui est ce Dubreuil? Pourquoi s'est-il intéressé à Alan? Etait-il coupable des faits qui lui sont reprochés? Pourquoi a-t-il pris des notes sur Alan avant sa rencontre avec celui-ci. La dernière centaine de pages dénoue le noeud du problème et nous replonge dans le roman en nous écartant quelque peu de tout aspect philosophique ou psychologique.

Un livre dans la veine du premier. Une fois le livre commencé, les pages se tournent les unes après les autres à grande vitesse. 475 pages qui se lisent très vite.

Une citation de Gounelle : Celui qui veut gravir la montagne ne doit pas se laisser impressionner par sa hauteur.

Nouvelle participation au challenge d'Evy.


challenge douce france