C’est une journée qui s’écoule

Après des milliers de journées

Comme un petit marron qui roule

Sous le châtaignier des années.

C’est une journée qui s’en va

Toute seule, sans fin, là-bas,

Où s’en vont toutes les journées

Et qui n’a même pas le droit

De tourner un moment la tête

Pour voir la trace de ses pas.

                 Maurice CARÊME