angegardienrectoEn commençant "L'ange gardien" de Marie-Claire George, je m'attendais à trouver des anges évoluant à travers les nouvelles de ce recueil. En fait, d'anges il n'est question que dans la première nouvelle intitulée - eh oui, ça ne s'invente pas - "L'ange gardien". L'ange Arthur est à la recherche de quelqu'un à garder, Dieu le trouve oisif et il est grand temps qu'il se mette au travail. A la recherche d'un Arthur qui aurait besoin de lui, il trouve une famille.

L'héroïne de "En souvenir de Salvador" reçoit les cendres  de son ancien amant ainsi que ses peintures.

Émilie, dans "Le sourire d'Émilie" est une vieille dame tranquille qui passe inaperçu dans le quartier jusqu'au jour où elle se retrouve à l'hôpital. Une voisine venue l'aider découvre en elle quelqu'un d'inattendu. Un petit faible pour ce texte plein de sentiments.

Dans "Aniadoué, la Fille de la lune", le découvreur des sources du Nil se livre au lecteur.

Puis vient "Pour l'amour d'un desperado", nouvelle dans laquelle une triste  demoiselle, sur les conseils de son médecin, va prendre la route et rencontrer l'amour.

Dans "Une star est née", on assiste à la naissance artistique d'Omar Sharif.

"Graffiti" nous plonge dans l'adolescence et ses premières amours. Quant à Xoliswa, elle nous emmène chercher de l'or pendant que Richard nous emmène à l'ile Maurice, au pays de la musique.

Avec "Comme s'il était trop tard", Marie-Claire George nous présente Esméralda, 47 ans, vie banale, qui n'attend plus rien de l'existence et pourtant... Un soir, le téléphone sonne. L'appel n'était pas pour elle mais la voix de l'interlocuteur est chaude, la conversation s'engage. Peut-on rencontrer l'amour, à distance, à 47 ans?

"Matin félin" nous livre le bonheur (!) d'avoir un chat.

Dans "Il est tard et je m'en vais" , le héros est mort et écoute tout ce qui se dit autour de lui.

L'histoire de "Une femme qui me regarde" est originale : un homme tombe amoureux de portraits féminins.

Petit faible également pour "Mémoires" qui raconte la vie et la mort d'un arbre de ma région. Cette nouvelle me fait penser au nouveau roman (que je n'ai pas encore lu) de Van Cauwelaert mais dont j'ai beaucoup entendu parler.

'Poussière de roi" nous relate la fin de Louis Auguste. "Loin de Puerto Eden" nous fait réfléchir à la colonisation. "Au jardin" voit des objets du quotidien entamer une conversation.

"Ronchon" est vraiment un chat d'exception. Pourquoi? Figurez-vous qu'il pond!!! Quant à "Anubis", le chat de la pharaonne, il pourrait bien finir momifier par ses voisins!

"La piscine" est l'endroit rêvé pour se mettre à l'abri de sa famille, pour disparaitre quelques instants.

Dans "Les fruits de la passion", le lecteur se rend compte qu'il est grand temps de pardonner à Caïn.

"Marathon" : Athènes, 2028, 8 marathoniens se lancent dans la course. 7 d'entre eux arriveront ensemble à la ligne d'arrivée. Mais que fait le huitième?

Lucie a "Comme une petite flamme qui vibre" au fond d'elle. Elle vit dans un monde gris d'où elle veut sortir même si elle doit y laisser la vie.

"Le soleil se lève à Manaus" pour Victor qui part à la recherche de gens comme lui, si différent des gens qu'il rencontre.

Et revoilà "Mon ange" ou plutôt celui de Marie-Claire qui lui adresse une missive. Il fallait bien que ce recueil de nouvelles se termine comme il avait commencé, avec un ange comme toile de fond.

25 textes courts, 25 textes à siroter comme un bon cocktail, rien n'est à jeter, chaque histoire emmène le lecteur dans un monde différent, un monde où les mots chantent en choeur.

Un très bon recueil de nouvelles que je recommande à ceux qui disent ne pas avoir le temps de lire et ... à tous les autres.