Je suis intriguée.
Chaque fois que je descends en ville
- même dans une ville inconnue -
je suis abordée par des gens qui cherchent
leur chemin.
Si je le peux, je leur indique très précisément
la direction à suivre.
Mais pourquoi est-ce moi qu'ils interrogent
alors que (ils devraient le savoir)
je ne vais nulle part?

La tristesse aurait-elle un visage?

                                          Mimy Kinet